Le quartier Cissin est un quartier particulièrement pauvre en termes d’aménagement pour un meilleur assainissement des sols et un meilleur écoulement des eaux usées. Dans cet environnement combiné au mauvais traitement des déchets jetés dans les rues et laissés à l’abandon jusqu’à être de temps à autres brûlés en plein passage provoquant des fumées toxiques, les populations sont sans cesse confrontées à des risques sanitaires graves.

N’ayant pas toujours d’eau pour se laver de la poussière soulevée par des vents forts en hiver et soumis à la prolifération des moustiques vecteurs de maladies en été, les habitants souffrent de manque d’hygiène, de problèmes respiratoires chroniques et de paludisme qui sévit lors des saisons humides.

« La sensibilisation comme  premier  vaccin»

Ouverte toute l’année du lundi au samedi de 8h à 17h (avec une pause déjeuner), l’infirmerie propose un accès gratuit aux premiers soins. Tout patient ayant des blessures légères de type coups, brulures et plaies, peut être traité sur place. En cas de blessure plus graves et de maladies virales ou infectieuses, ils sont renvoyés vers le CSPS (Centre de Santé et de Promotion Sociale).

La mise à disposition des médicaments est possible moyennant une petite contribution adaptée aux revenues de la  population.

Au-delà de ce centre d’accueil, l’infirmière va à la rencontre des populations les plus éloignées  en proposant des approches adaptées aux besoins de chacun qui sont les suivants:

•La Sensibilisation

Objectif(s) : transmettre les bonnes règles d’hygiène et de prévention aux infections aux 2/3 de la communauté

Activité(s) : campagnes de sensibilisation dans le quartier sur les règles hygiéniques , sur le paludisme, les maladies respiratoires, sida/HIV, risques sanitaires…

Résultat(s) : meilleurs réflexes d’hygiène, surtout auprès des enfants, et meilleure santé des bénéficiaires.

 C’est pourquoi elle met l’accent sur la sensibilisation en ce qui concerne l’hygiène, le paludisme, la santé sexuelle. Elle sensibilise également  les enfants parrainés du primaire et du secondaire sur la santé et la reproduction. Cette infirmerie est épaulée par Madame Bouda et Madame Compaoré qui font la navette entre  la maternelle et la communauté.

Dans le quartier, les infirmières passent de cour en cour pour faire des visites à domicile. L’infirmerie est un lieu d’informations et de prévention. La communauté peut ainsi se protéger des maladies comme le paludisme. L’infirmerie est également un espace d’échange et d’écoute. Pour les adolescents, les infirmières organisent des temps de prévention sur les grossesses, les rapports sexuels protégés. Ils viennent parler de leurs inquiétudes et demandent des conseils. Grâce à leurs compétences et leur discrétion, les infirmières ont su instaurer un climat de confiance avec les adolescents. Ainsi, chacun est informé et bénéficie d’une oreille attentive. Pour les adolescents, il y a une meilleure connaissance de leur corps et de leur sexualité. Ils sont orientés vers des centres spécialisés sur la santé de la  reproduction où ils peuvent faire des choix de planification familiale. La santé de la reproduction est capitale et  permet d’acquérir une gestion responsable de la sexualité et de ses effets. Les jeunes burkinabé évoluant dans un environnement où le sexe est tabou, nos actions de prévention donnent l’opportunité à ces adolescents d’avoir des connaissances sur le VIH/SIDA, la planification familiale, les maladies sexuellement transmissibles.

Elle organise des campagnes de vaccination et de dépistages afin d’identifier à temps des cas de maladies (malnutritions, poliomyélite,..) pour apporter un traitement réparateur ;

• Les Vaccinations et dépistages:

Objectif(s) : protéger les populations vulnérables aux maladies courantes

Activité(s) : vaccination contre la poliomyélite et complément de vitamine A, dépistage des cas de malnutrition

Résultat(s) : identification des maladies liées à la malnutrition pour traitement, meilleure résistance des bénéficiaires.

Pour le scolaire, l’infirmerie, apporte les premiers soins au sein de l’école maternelle KAM LAADA et apprends aux enfants les gestes simples de l’hygiène quotidienne (brossage de dents, lavage des mains…). Les bobos des enfants sont bien soignés grâce à la présence des infirmières et des visites médicales sont effectuées de façon régulière afin de contrôler la croissance de chaque élève à la maternelle.

• Hygiène préscolaire:

Objectif(s) : protéger la petite enfance des risques sanitaires en leur inculquant les bons reflexes d’hygiène et de nutrition dès le plus jeune âge

Activité(s) : goûter, repas du vendredi, sensibilisation au lavage des mains, séances de prévention par l’infirmière à l’utilisation et l’entretien des toilettes

Résultats : gestes sanitaires instinctifs, exemplarité des élèves au sein même de leurs familles.

CONTACT :

Geneviève BOUDA

Responsable de l'infirmerie d’ICCV/Nazemse

Tel : 00 226 75 15 76 32