Au Burkina Faso, 40% de la population travaille dans le secteur agricole. Pour autant, ces familles sont les premières à souffrir de la malnutrition. La nécessité d’éduquer les producteurs et les consommateurs aux bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles est évidente mais se heurte à des barrières socio-culturelles et à des difficultés d’accessibilité à des produits sains et variés.

« Etre bien, manger sain »

L’objectif de ce restaurant communautaire est d’améliorer la disponibilité, l’accès et la qualité des aliments tout au long de l’année pour les populations les plus vulnérables, tout en soutenant la production agricole familiale.

Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 23h, « La Jardinière » propose une cuisine traditionnelle et moderne Burkinabé revisitée: Zamné à la viande hachée, Babenda, Gaonré sauté aux légumes et bien d’autres délices issue de l’agriculture durable et locale.

Les plats proposés sont vendus à des prix sociaux et les bénéfices de ce restaurant associatif et social sont reversés dans des projets de développement pour l’éducation, la santé, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et le développement socio-économique des femmes.

Pour répondre à sa vocation pédagogique, le restaurant organise régulièrement des ateliers et des formations à destination de la communauté pour transmettre des techniques d’agriculture familiale et des recettes de plats enrichis aux femmes qui peuvent en faire bénéficier toute la famille. 

En effet, il est important de transmettre de bonnes pratiques nutritionnelles dans le sens où nos produits sont issus de l’agriculture durable ou biologique que pratiquent les producteurs locaux partenaires.

Tout comme pour le Champ de la Ville, notre objectif est de renforcer le lien entre la ville et la campagne en mettant directement en relation les consommateurs et les producteurs tout en supprimant les intermédiaires.

La Jardinière est aussi un restaurant fait par et pour la communauté de Cissin, avec des plats préparés par les femmes de la Maison de la Femme de ICCV et revisités au restaurant selon les gouts des clients.

Pour transmettre les bonnes pratiques alimentaires et nutritionnelles, ICCV/Nazemse développe le lien ville-campagne.

Fruit de la collaboration entre ICCV/Nazemse et l’ONG Tamat pour la sécurité alimentaire, le projet «Réseaux d’Achat pour la Sécurité Alimentaire avec le soutien de la Diaspora burkinabè d’Italie » RASAD/Burkina Faso, prévoit a pour finalité d’améliorer la disponibilité, l’accès et la qualité des aliments tout au long de l’année pour les catégories les plus vulnérables de la ville de Ouagadougou, tout en développant la production agricole familiale.

Ce projet a pour mission:

  • Mise en relation entre producteurs, transformateurs et consommateurs
  • Appui à la production et à la transformation des produits agricoles
  • Promotion de l’agro-écolo

Formation aux techniques d’agro-écologie

Objectifs :
Démocratiser les techniques agricoles familiales pour que les consommateurs soient eux-mêmes moteurs du changement.

Activités :
Formations à la technique des
« buttes sandwich ».

Résultats attendus :
Multiplication des jardins dans la communauté, consommation de produits de qualité issus de l’agriculture durable.

Ateliers nutritionnels

Objectifs :
Prévenir la malnutrition dans la communauté et sensibiliser les populations vulnérables (principalement les femmes) à l’importance d’une cuisine saine et équilibrée.

Activités:

Ateliers de cuisine (bouillie enrichie, plats traditionnels), causeries- débats.

Résultats attendus:

Meilleure santé des bénéficiaires, changement des habitudes alimentaires en faveur d’un modèle durable qui profite aussi au milieu rural.

ASSOCIATION ICCV NAZEMESE

X Get Bar